Seattle | histoire

Histoire

Débuts

Le chef Sealth (1786-1866).

La région de Seattle est habitée depuis la fin de la dernière période glaciaire du Wisconsin (environ 8 000 ans av. J.-C.). Des fouilles archéologiques faites à West Point dans le parc Discovery et à Magnolia confirment que l’emplacement même de la ville est habité depuis au moins 2 000 ans av. J.-C. et peut-être même plus[24].

Tohl-AHL-too (« maison des Harengs ») et plus tard hah-AH-poos (« endroit à palourdes ») à l’embouchure du fleuve Duwamish étaient habités 600 ans av. J.-C.[25].

La tribu Duwamish occupait au moins 17 villages au milieu des années 1850[26]. On y trouvait 93 longères amérindiennes (khwaac'ál'al) le long des baies Elliott, Salmon, Portage, du lac Washington, du lac Sammamish, et du court inférieur du fleuve Duwamish[27]. Le nom « Duwamish » est une anglicisation du mot indien Dk͟hʷʼDuwʼAbsh, « le peuple de l’intérieur », qui est toujours employé pour nommer le fleuve du même nom. Antérieurement, le site était connu sous le nom de Duwamps (ou Duwumps) qui était le nom donné à la rivière par les colons[28].

Le Groupe Denny, qui était le plus grand groupe de colons européens dans la région, arriva à Alki Point le . Ils nommèrent dans un premier temps le lieu « New York » pour refléter leur aspiration d’en faire un port commercial. Ensuite, ils renommèrent le lieu Alki (un nom chinook signifiant ironiquement certains jours). Les colons se déplacèrent ensuite jusque vers Elliott Bay en .

La ville de Seattle fut nommée d’après le chef Sealth, (si'áb Si'ahl, Sealth orthographié Seattle ou encore Seathl), « un homme important » (placé comme chef par le gouverneur territorial) des tribus Duwamish et Suquamish[29]. David Swinson (« Doc ») Maynard, un des fondateurs de la localité, souhaitait fortement que le lieu soit renommé en Seattle en hommage au chef indien[28]. L'obstination de Maynard porta ses fruits car la première mention de Seattle apparut le sur des plans du cadastre.

La colonie fut légalement établie en 1855. La localité obtint le statut de cité en 1865, perdit ce titre en 1867 avant de le reprendre en 1869[30].

Histoire récente

L’exposition de 1909, avec le mont Rainier dans le fond.

Des escarmouches entre les colons blancs et les colons chinois eurent lieu entre 1885 et 1886[31].

Un des évènements importants de la ville est le grand incendie de 1889 qui détruisit le quartier d'affaires sans faire de morts[32].

La ruée vers l'or transforma la ville en un important centre de transport pour les marchandises et les passagers.

L’exposition universelle de 1909 concernant la zone Alaska-Yukon-Pacifique constitue en partie le campus de l’université de Washington[33].

Une importante grève générale se déclencha dans la ville en 1919[34]. Pendant l'Entre-Deux-Guerres, le port de Seattle était le deuxième des États-Unis derrière celui de New York[35]. En relation avec l'Asie orientale, il importait notamment de la soie.

Une Exposition universelle se tint en 1962 dans la ville[36] et en 1990 se déroulèrent les Goodwill Games[37].

La ville accueillit une réunion de l’APEC en 1993 et une conférence de l’Organisation mondiale du commerce en 1999. Cette dernière suscita une très forte mobilisation sociale, une des premières du mouvement altermondialiste, connue sous le nom de Manifestations de Seattle, Bataille de Seattle ou Émeutes de Seattle[38].

Histoire économique

Seattle a connu des cycles économiques influencés par plusieurs booms économiques. Seattle fut longtemps une « ville compagnie » ce qui signifie que son économie dépendait uniquement d’une seule activité ou d’une seule entreprise. Le déclin des différentes activités ou des firmes a toujours eu d’importantes conséquences négatives sur la ville. Néanmoins, ces périodes permettaient à la ville de construire des infrastructures neuves[39].

Bibliothèque centrale de Seattle.

Le premier boom économique se fonda sur l’industrie du bois[40]. Cette période de croissance fut accompagnée par un essor de la construction d’infrastructures par la société Olmsted[39].

Après la grande dépression qui commença en 1893, le second boom économique apparut à la suite de la ruée vers l’or dans la région du Klondike dès 1896. Le , le navire S.S. Portland qui servait à transporter tout l’or de la région fut attaché au port de Seattle[41]. Cet essor économique important se termina au début du XXe siècle. Cet arrêt fit apparaître un grand nombre de nouvelles compagnies. En 1907, James E. Casey fonda la American Messenger Company (qui devint plus tard UPS). On vit également apparaître les entreprises Nordstrom et Eddie Bauer[42].

Un nouveau cycle basé sur la construction navale arriva rapidement au début du XXe siècle. Le port de Seattle devint également un point d’embarquement important pour les troupes américaines envoyées dans le pacifique nord lors de la Seconde Guerre mondiale. La compagnie Boeing située à proximité fabriquait déjà des bombardiers lors de cette guerre.

Après la guerre, l’économie continua à se développer grâce à la compagnie Boeing qui profita du succès de l’aviation commerciale[43]. Lorsque la situation économique se dégrada à la fin des années 1960 et au début des années 1970, beaucoup de travailleurs quittèrent la ville pour trouver un emploi ailleurs. Témoignage de la crise démographique, un panneau publicitaire dans la ville indiquait même que « le dernier habitant quittant la ville veuille bien éteindre la lumière[44] ».

Seattle resta le quartier général de la société Boeing jusqu’en 2001 lorsque la compagnie souhaita séparer son siège social de ses usines de fabrication. Le siège social s’est ainsi déplacé à Chicago[45]. Seattle dispose toujours dans sa banlieue de l’usine Boeing de Renton où sont toujours fabriqués les 737 et de l’usine d’Everett où sont assemblés les 747, 767, 777 et 787 Dreamliner.

D’autres entreprises de haute technologie se sont installées dans la banlieue de Seattle comme Microsoft, Google, Amazon, RealNetworks, McCaw Cellular (maintenant AT&T Wireless), VoiceStream (maintenant T-Mobile), Philips, Boston Scientific, ZymoGenetics et Amgen. Ces firmes attirèrent énormément de travailleurs et la population augmenta de 50 000 personnes entre 1990 et 2000 selon le recensement américain de 2000[46] tout en développant la construction de bureaux dans la ville[47] comme dans les autres grandes villes américaines que sont San Francisco, New York, Los Angeles et Boston. Ces compagnies restent puissantes mais le boom s’est arrêté au début de l’année 2001 après un pic du NASDAQ en [48],[49].