Sporophore

Ne doit pas être confondu avec Sporocarpe.

Le sporophore (littéralement « porte-spores »), appelé aussi sporocarpe (« fruit à spores ») ou autrefois carpophore (littéralement « porte-fruit »)[1], est l'appareil reproducteur des champignons dits supérieurs. C'est, dans le langage populaire, l'organe de la « fructification » du mycélium des champignons. Il contient les sporocystes (basides et asques) qui se différencient dans l'hyménium et qui produisent des spores, sous diverses formes.

Le sporophore est la partie la plus visible du macromycète, par opposition au mycélium en grande partie souterrain ; c'est ce qu'en langage courant on appelle « un champignon ». L'apparition des sporophores est intermittente du fait des variations climatiques et leur durée de vie est souvent très courte (quelques jours)[2] mais peut dépasser quinze ans chez les polypores coriaces[3]. Les sporophores ne reflètent pas les populations fongiques souterraines car la majeure partie des espècesabondamment représentées sous forme végétative dans les sols ont des mycéliums qui ne « fructifient » pas ou peu[4].

Il peut tout autant se présenter sous des formes très simples ou des formes très complexes.

Typiquement, il est constitué d'un chapeau et d'un stipe ou « pied » qui présentent également de nombreuses formes. La morphologie du carpophore notamment la dimension, la forme, la couleur et l'aspect du chapeau, du pied, de la chair et des lames, et d'autres caractères distinctifs comme la saveur, l'odeur ou la consistance, sont des caractères importants dans l'identification des Fungi[5].

Ces paramètres ont chez certaines espèces aussi une importance majeure pour la reproduction du champignon qui doit par exemple — pour diffuser ses spores — attirer des insectes (mouches en général, attirées par les odeurs de matières putrides), des invertébrés ou des mammifères comme le sanglier ou l'écureuil dans le cas des truffes dont la fructification est souterraine.

Carpophore chez les agaricales et les boletales

Sommaire