Mycena aurantiomarginata

Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un « article de qualité ».

Mycène élégante, Mycène à arêtes orangées

Mycena aurantiomarginata
Description de cette image, également commentée ci-après
Spécimen dans le parc national de Redwood.
Classification selon MycoBank
RègneFungi
EmbranchementBasidiomycota
Sous-embr.Agaricomycotina
ClasseAgaricomycetes
Sous-classeAgaricomycetidae
OrdreAgaricales
FamilleMycenaceae
GenreMycena

Nom binominal

Mycena aurantiomarginata
(Fr.) Quél. (1872)

Synonymes

  • Mycena marginatus (Schumach. 1803)
  • Agaricus aurantiomarginatus (Fr. 1821)
  • Agaricus schumacheri (Pers. 1828)
  • Mycena elegans var. aurantiomarginata (Fr.) (Cejp 1930)
Mycena aurentiomarginata
Caractéristiques mycologiques
Gills icon.png 
L'hyménium est lamellaire
Sinuate gills icon2.svg 
Conical cap icon.svg 
Bare stipe icon.png 
White spore print icon.png 

La couleur de la sporée est le blanc

Saprotrophic ecology icon.png 

Le type écologique est saprophyte

Mycomorphbox Question.png 

Comestibilité : inconnue

Mycena aurantiomarginata, en français la Mycène élégante ou Mycène à arêtes orangées, est une espèce de champignons de l'ordre des Agaricales et de la famille des Mycenaceae.

Décrite pour la première fois en 1803, elle a reçu son nom actuel en 1872. Elle se trouve dans la plus grande partie de l'Amérique du Nord et de l'Europe, ainsi que plus marginalement en Afrique du Nord, en Amérique centrale et au Japon. Elle est saprophile et pousse sur le sol de forêts conifères.

Le chapeau est en forme de cloche ou de cône et fait jusqu'à 2 cm de diamètre ; le stipe, doté de poils oranges à la base, est fin et atteint parfois 6 cm de hauteur. Le champignon est nommé d'après ses lamelles caractéristiques au bord orange. Une autre caractéristique microscopique est la forme clavée des cystides, qui sont couvertes de nombreuses piques. La comestibilité du champignon n'a pas été déterminée. Ses signes distinctifs parmi les autres espèces du genre sont sa taille, sa couleur et son substrat.

Une publication de 2010 a rapporté l'existence et l'isolement d'un pigment du champignon : nommé « mycenaaurin A » en anglais, il est responsable de sa couleur et peut être impliqué dans une certaine action antibactérienne.