Izakaya

Un izakaya à Gotanda (Tokyo). L'écriteau à droite indique un menu composé de plats habituels (sa partie de gauche) et d'entrées de saison – nabe (sa partie de droite).
Enseigne d’izakaya en forme de lanterne

L'izakaya (居酒屋?), parfois francisé en isakaya, occupe au Japon la place du bistrot ou du bar à vin en France, du pub en Angleterre ou du restaurant à tapas en Espagne. Il y a environ 20 000 izakaya au Japon[1]. Littéralement, l’izakaya est un lieu où l’on sert des boissons alcoolisées, le caractère en position centrale signifiant alcool.

Fréquenté le soir, on y boit traditionnellement de la bière, de l'alcool de patate douce (shōchū) du saké (nihonshū). On commande au cours de la soirée des plats chauds ou froids que l’on se partage entre amis ou collègues dans une ambiance décontractée.

La carte, plus ou moins élaborée, va de quelques plats simples à une carte presque gastronomique et peut être complétée par des plats du jour, le poisson du marché, la marmite de saison. On appelle parfois les izakaya akachōchin (lanterne rouge) en raison des lanternes en papier rouge traditionnellement suspendues à l'entrée des débits de boissons alcoolisées.

Dans un izakaya de quartier, on peut simplement venir boire un verre et picorer quelques tsukemono en discutant avec le patron ou la patronne, en attendant d'avoir une plus grande faim ou l'arrivée de ses amis. Les plats sont servis généralement à la table.

Evidemment on peut fumer dans les izakaya.